• facebook
Image

Nos produits

 

Image

Nos farines

Le Moulin de l'Ecluse, situé à Pont l'Abbé, capitale du pays bigouden est une minoterie familiale qui depuis 3 générations vous assure la meilleur farine grâce à son procédé de mouture, son moulin à eau, sa meule

Ces farines subissant un moindre échauffement préservent leurs saveurs et leur richesses en vitamines et protéines.

Depuis trois générations la famille LE RHUN perpétue la grande tradition de la meunerie bretonne. Si le blé noir fait partie de la tradition, du patrimoine gustatif breton, « la bigoudènes » farine Sarrazin marque déposée, existe depuis quarante cinq ans et représente le produit « phare » du Moulin de L'ECLUSE.


Image

Le beurre demi-sel breton

Histoire : Le beurre a plus de 3 000 ans ! Il aurait été apporté en Normandie par les Vikings.

Les Bretons, très friands de beurre, en deviennent de grands producteurs.

Au 17ème siècle, les cuisinières choisissaient leur beurre sur le marché après « pinçage », c'est-à-dire après l’avoir goûté en piquant une épingle à cheveux dans la motte.

Fabrication : Le beurre est issu de la crème extraite du lait de vache. Le malaxage donne au beurre son onctuosité et lui permet de s’imprégner de sel. Il est ensuite « tapé » avec des palettes en buis pour faire ressortir l’eau (on dit alors que le beurre pleure !).

Le déguster : Pour l’apprécier, rien de tel qu’une tartine de bon pain. 


Image

L'andouille de Guémené

Histoire : L’andouille est déjà largement consommée au 18ème siècle. Si de nombreuses recettes existent, c’est déjà celle de Guémené qui a traversé les âges.

Fabrication : Elle est composée de chaudins de porc. Certains sont coupés en lanières pour former le cœur. Les autres sont enfilés autour du centre puis placés dans une baudruche de bœuf. L’andouille est ensuite fumé au bois de chêne ou de hêtre et mise à sécher, jusqu’à 9 mois. Elle est ensuite cuite dans un bouillon parfumé au foin.

La choisir : L’andouille de Guémené est la seule dont les chaudins sont enroulés les uns autour des autres, révélant à la coupe une succession de cercles en spirales. Elle ne doit contenir aucun additif.

La déguster : Avec du pain et du beurre salé, ou encore dans une galette de blé noir.


Image

La coquille Saint-Jacques

Histoire : autrefois, ce sont les femmes qui allaient pêcher ces coquillages avec des planches fixées sous leurs sabots pour éviter de s’enfoncer dans le sable.

La choisir : pêchée de fin octobre à fin avril. L’acheter en coquille pour s’assurer de sa provenance et éviter les pétoncles, moins onéreuses mais moins goûteuses.

La déguster : en carpaccio ou cuisinée à la bretonne, gratinée dans sa coquille ou accompagnée de poireaux.